Fichier 6_edited.png

Parlez-nous du projet « Le Français, témoin des pôles » ?

 

Le Français, témoin des pôles est un fonds de dotation créé en février 2020.

 

Le Fonds de dotation Le Français, témoin des pôles a pour objet, dans un but non lucratif, d’organiser et/ou de soutenir toute action à caractère d’intérêt général en faveur de la protection de l'environnement, de la lutte contre le réchauffement climatique, de l’amélioration des pratiques afin de réduire au maximum l’empreinte carbone. Il réalise et soutient des actions de sensibilisation portant sur la beauté et la fragilité des pôles dans un contexte de réchauffement climatique. Le Fonds veillera notamment à sensibiliser le grand public et en particulier les jeunes, les tiers et les pouvoirs publics aux enjeux climatiques actuels.

 

Aujourd’hui le Fonds de dotation compte 3 salariés : une Responsable partenariats, une Responsable communication et un Directeur. Les 3 salariés ont également le rôle d’animateur de l’École polaire. Le Conseil d’Administration est composé de 7 bénévoles, experts des régions polaires.

Quels sont vos objectifs ?

Vos actions ?

A qui vous adressez-vous ? 

 

L’École Polaire du Français, témoin des pôles, sensibilise les jeunes au dérèglement climatique via la beauté et la fragilité des pôles.

 

Lors de différentes escales sur la côte atlantique française, des jeunes sont accueillis gratuitement à bord d’un trois-mâts de tradition, pour des ateliers d’une demi-journée à une journée sur les régions polaires, leur importance et leur rôle dans le climat (expériences scientifiques, jeux, photos, vidéos, débats, solutions écologiques, fresque mentale polaire).

 

"À terre", nous co-construisons des projets sur l'année avec des établissements scolaires : défis écologiques à l'échelle d'une classe, enquêtes sur le dérèglement climatique menées par des élèves, évènements, interventions et conférences de spécialistes des régions polaires et du climat dans les classes. Ces partenariats se déroulent dans toute la France (en 2021 à Paris, La Rochelle et Perpignan).

 

Nous accordons la priorité aux publics en situation défavorisée :  REP et REP+ (Réseau d'Éducation Prioritaire), SEGPA (Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté), classe langage (trouble DYS), allophone (nouveaux arrivants en apprentissage du français).

 

Notre objectif est de sensibiliser gratuitement 7 000 jeunes sur l’année 2022/2023 en accordant la priorité aux jeunes publics en situation défavorisée afin qu’ils représentent au minimum 35% des classes accueillies à bord via :

              • Les ateliers de l’École Polaire lors de 8 escales avec nos trois-mâts de tradition partenaires.

              • 6 partenariats scolaires « à terre », avec l’accompagnement de jeunes enquêteurs sur les régions polaires et le climat, des rencontres avec des spécialistes polaires, un évènement de partage des enquêtes inter-établissements, des conférences…

 

Quels sont vos moyens de financement ? 

 

Nos financements proviennent de soutiens de mécènes. 

Quelles valeurs défendez-vous ? 

 

Nous défendons l’accès à la connaissance sur le climat pour tous. C’est pourquoi nos ateliers sont proposés gratuitement aux établissements scolaires et en priorité aux publics en situation défavorisée : REP et REP+ (Réseau d'Éducation Prioritaire), SEGPA (Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté), classe langage (trouble DYS), allophone (nouveaux arrivants en apprentissage du français).

 

Nous proposons des activités axées sur l’émerveillement, l’interaction et la prise de conscience. Notre rôle n’est pas de culpabiliser mais de donner les clés de compréhension et outils face au dérèglement climatique. Plutôt qu’une salle de classe nous avons fait le choix de proposer nos ateliers à bord de trois-mâts itinérants, lieux propices à l’imaginaire et à l’émerveillement. Notre atelier est également construit autour de photos, vidéos, sons, expériences scientifiques, débats et jeux.

Fichier 7.png
PORTRAIT_MATTHIEU_KLITTING.png

Comment avez-vous connu la fondation Maison Colin Seguin ?  

 

Nous avons connu la fondation Maison Colin Seguin via des recherches internet.

Quelles ont été vos démarches pour obtenir une subvention ? 

 

Nous avons contacté les entreprises qui sont en accord avec notre vision et raison d’être. Nous cherchons à développer de véritables relations à double sens avec nos mécènes afin que chacun apporte à l’autre une véritable compétence et expertise durable.

 

Quand avez-vous fait la demande  et à quel moment avez-vous reçu les fonds ?

 

Nous avons fait la demande en avril et reçu les fonds en septembre.

 

Qu’allez-vous accomplir avec la subvention ?  

 

La subvention va nous permettre de poursuivre nos actions de sensibilisation à la transition climatique auprès des scolaires. Nous prévoyons de sensibiliser 7 000 élèves par an dont au moins 35% des classes reçues à bord issues de dispositifs d’inclusion (Réseau d’Éducation Prioritaire, Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté, classes de type DYS, classes Allophones…).

Quel lien envisagez-vous entre votre organisation et la fondation Maison Colin Seguin ? 

 

Nous souhaitons développer un partenariat durable avec de véritables échanges constructifs. Nous sommes convaincus des enseignements que la fondation Colin Seguin peut nous apporter. Leurs expertises sont de véritables moteurs pour la construction de nos ateliers. Inversement, nous espérons apporter à la fondation Maison Colin Seguin une vision sur le climat, l’éducation et le développement d’une société durable.

Conseilleriez-vous à d’autres associations de contacter la fondation et pourquoi ?  

 

Oui, nous conseillons à d’autres associations de contacter la fondation, elle est un véritable soutien dans le cadre de leur développement.

Matthieu Klitting, Directeur de l’Ecole Polaire 

Fichier 6.png