Fichier 6_edited.png

Bonjour M. Boyer 

Parlez-nous de l’ASTI71 ? 

Bonjour … 

ASTI signifie Association Solidarité avec Tou.te.s les Immigré.e.s.  

L’association est née à Chalon-sur-Saône, en 1977.  

Comment fonctionne-t-elle ? 

Notre objectif est d’aider les immigrés qui arrivent sur nos territoires avec de grandes difficultés…  

Pour cela, nous avons répertorié 4 grands axes de soutien : 

L’aide scolaire aux enfants, l’alphabétisation des adultes, l’aide au logement, et la défense juridique. 

Je vous ai préparé quelques chiffres, c’est toujours plus parlant… 

Il y a 40 enfants qui suivent nos modules d’accompagnement scolaire et 80 adultes qui assistent aux cours d’alphabétisation (chaque semaine).  Au niveau juridique, nous défendons plus de 100 dossiers chaque année (administratif, titre de séjours, couverture santé…). Enfin, nous finançons 42 logements. Ce qui nous permet d’héberger 154 personnes en situation vulnérable (maladies, traumatisme, détresse psychologique…). 

Une activité bien remplie… 

 

Qui aidez-vous ? 

Pour rester dans les chiffres… Environ 85% des personnes que nous aidons sont des immigrés qui travaillaient dans leur pays (entrepreneurs ou employés) mais qui ont fui l’insécurité et la violence (mafia, raquette, corruption…). Les 15% restants sont des personnes qui, eux, fuient la misère et la pauvreté. 

Quels sont vos moyens de financement ? 

Les seules activités pour lesquelles on reçoit des subventions de l’état sont l’alphabétisation et le soutien scolaire.  

Pour les autres, nous fonctionnons grâce à des dons de particuliers, des subventions de fondations et des recettes de spectacles. Ce sont toutes ces aides qui nous permettent d’héberger et d’offrir le soutien psychologique et administratif dont ces personnes ont besoin. 

Je vous laisse imaginer le budget nécessaire pour louer 42 logements…  

Je tiens à ajouter que les immigrés qui travaillent, participent financièrement à notre fonctionnement en nous reversant un petit pourcentage. 

Et pour finir, il y a aussi notre jardin partagé… Ce jardin permet aux sans-papiers de travailler, cultiver des légumes qui sont, ensuite, distribués gratuitement le mercredi. 

 

Quelles valeurs défendez-vous ? 

La première chose qui me vient en tête, c’est une valeur de liberté de circulation et d’installation des hommes et des femmes dans le monde. Il n’y a qu’une seule planète et tout être humain devrait pouvoir circuler librement et travailler où il le souhaite. Nous militons pour la liberté de droits au travail des immigrés.  

Comment avez-vous connu la fondation Maison Colin Seguin ? 

Je connais bien Pierre Colin qui a créé la fondation et je l’encourage vivement à communiquer pour aider d’autres associations d’intérêt général. On en a tellement besoin. 

Fichier 7.png

Quelles ont été vos démarches pour obtenir une subvention ? 

Ce fut finalement assez simple. Dans un premier temps, nous avons analysé nos besoins. 

Puis, on a rempli le formulaire de subvention que nous a fourni la fondation. Il nous a fallu, ensuite, rédiger notre projet.  

Enfin, nous avons fourni les documents administratifs propres à l’association (Statut, PV assemblée générale, budgets). 

A quel moment avez-vous fait la demande ?

A quel moment avez-vous reçu les fonds ? 

Cela s’est passé relativement vite. La demande a été faite en juillet 2021 et les fonds ont été débloqués en octobre de cette même année.

 

Qu’allez-vous accomplir avec la subvention ? 

En fait, ce sont deux subventions que nous avons reçues. Une pour l’hébergement des personnes malades et vulnérables et une seconde pour ouvrir, en 2022, un service d’accompagnement psychologique des enfants qui ont dû quitter leur pays.

Quel lien, à moyen ou long terme, envisagez-vous entre votre association et la fondation Maison Colin Seguin ? 

L’idéal pour une association comme la nôtre, c’est de bénéficier d’un soutien régulier et continu dans le temps par exemple avec des subventions pluriannuelles. Cela nous permet de pérenniser nos actions.

Souvent, les fondations recherchent de nouveaux projets chaque année. Mais il ne faut pas oublier que certaines actions ont besoin d’aide tous les ans. 

Je vous donne un exemple : l’hébergement des migrants. Ces personnes ont besoin de se loger et le loyer de ces logements représente une charge financière importante et constante d’une année sur l’autre. 

 

Conseilleriez-vous à d’autres associations de contacter la fondation ? et pourquoi ?  

Bien sûr ! L’aide de la fondation nous est capitale. Les démarches sont relativement simples et rapides. Le formulaire de subvention est précis, accessible et plutôt facile à remplir. 

Pour moi, il ne faut pas hésiter à faire la demande directement sur le site de la fondation Maison Colin Seguin. 

Stéphane Boyer, président de l'ASTI 71.

Fichier 6.png